Pourquoi & Comment ?

Contexte

Le principal enjeu territorial du projet SHERPA fut d’accélérer la mise en œuvre de la Directive 2010/31/UE sur la performance énergétique des bâtiments et la Directive 2012/27/UE relative à l’efficacité énergétique en respectant le parc immobilier méditerranéen public existant.

Plusieurs projets européens antérieurs, en particulier les projets MED notamment MARIE, ELIH-Med et PROFORBIOMED entre autres, ont souligné les conditions et les difficultés spécifiques relatives aux projets en matière d’efficacité énergétique dans les bâtiments (EEB) dans la région de la Méditerranée. Concrètement, le document politique « Répondre aux défis de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables dans les bâtiments méditerranéens » (2014), élaboré par AviTem-France et chef de file de SHERPA dans le cadre des trois projets MED susmentionnés, a permis de déceler un énorme potentiel d’économie d’énergie notamment grâce aux particularités géographiques, climatiques, sociales et économiques.

Les principaux problèmes identifiés dans la région de la Méditerranée concernant la mise en œuvre du projet ont été : le financement, la structure interne des administrations publiques, la formation des fonctionnaires et les systèmes de collecte de données. Afin de répondre à ces questions, quatre groupes de travail ont été créés : gouvernance, information, sensibilisation & formation et financement. Chaque groupe de travail a élaboré une série d’activités pilotes qui peut maintenant être capitalisée à plus grande échelle.

Conformément aux conclusions de ces projets antérieurs, SHERPA a promu l’efficacité énergétique des bâtiments publics dans la région de la Méditerranée. Le projet était donc cohérent avec la priorité de l’Axe 2 du programme Interreg MED, qui contribue au renforcement des investissements porteurs de croissance et de création d'emplois, centrés sur l’efficacité énergétique et économie à faibles émissions de carbone.

De plus, le projet SHERPA visait à encourager les activités définies dans l’objectif spécifique 2.1, « augmenter la capacité pour une meilleure gestion d’énergie dans les bâtiments publics au niveau transnational », pour les propriétaires, les gestionnaires, les planificateurs et concepteurs des bâtiments publics dans les territoires méditerranéens.

OBJECTIFS DE SHERPA

SHERPA (SHared knowledge for Energy Renovation in buildings by Public Administrations) est un projet européen d’expérimentation et de capitalisation ayant été financé par le programme Interreg Med dans le cadre de l’objectif spécifique 2.1 (bâtiments économes en énergie). Il a contribué à la mise en œuvre de la Directive 2010/31/UE sur la performance énergétique des bâtiments et la Directive 2012/27/UE relative à l’efficacité énergétique parmi d’autres Directives de l’UE et politiques liées, et visait à atteindre l’objectif 20% efficacité énergétique de l’UE d’ici 2020.

L’un des objectifs clés du projet fut la mise en place de 200 propositions de projets de rénovation énergétique des bâtiments publics. 100 propositions de rénovation énergétique, ont été identifiées selon les critères spécifiques de sélection et ont été réalisées sur les bâtiments publics dans les régions méditerranéennes impliquées dans le projet. 100 autres propositions ont été sélectionnées dans les communes de ces régions. Tous ces projets ont été mis en œuvre conformément aux conclusions, recommandations, outils et stratégies. Ces projets furent associés à des investissements publics-privés d’une valeur d’environ 300 millions d’euros et ils généreront des milliers de nouveaux emplois.

SHERPA a rassemblé 12 partenaires, y compris 9 autorités régionales, ainsi que 12 partenaires associés, y compris 8 autorités locales et régionales (voir rubrique « Qui sommes-nous ? »). 

Le projet SHERPA reposait sur l’expérience acquise depuis des années des anciens projets européens élaborés dans la précédente période de programmation, à savoir MARIE, ELIH-MED et PROFORBIOMED, y compris les documents connexes et les résultats politiques, notamment la Déclaration Ljubljana et le document politique « Répondre aux défis de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables dans les bâtiments méditerranéens ». 

A la fin du projet, un plan d’action conjoint fut réalisé. Il aura une portée plus large en Méditerranée sur la rénovation énergétique des bâtiments (ERB) et examinera le potentiel des interventions à venir au niveau transnational et régional /local en tenant compte des aspects de gouvernance, des systèmes d’information communs, de la formation et sensibilisation ainsi que des mécanismes de financement novateurs.